include_once("common_lab_header.php");
Excerpt for La petite culotte de ma colocataire : érotisme lesbien by , available in its entirety at Smashwords

This page may contain adult content. If you are under age 18, or you arrived by accident, please do not read further.


La petite culotte de ma colocataire

© 2018 Giselle Renarde


Tous droits réservés.


Ceci est une œuvre de fiction. Des noms, des lieux, des personnages et des incidents sont soit le produit de l'imagination de l'auteur ou sont utilisés fictivement, et toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou décédées, des organisations, des événements ou des lieux est purement fortuite. Tous les caractères sexuellement actifs dans ce travail sont de 18 ans ou plus.


Ce livre est en vente à un public adulte. Il contient des scènes explicites et du langage graphique qui peut être considéré offensant par certains lecteurs.


Conception de la couverture © 2018 Giselle Renarde

Première édition 2018



La petite culotte de ma colocataire

~ érotisme lesbien ~

de

Giselle Renarde

 

Moi, j’ai grandi dans une ville si petite que tout le monde achetait leurs sous-vêtements à la station-service. Et la station-service ne stockait pas exactement la pointe de la mode. La seule option pour les femmes était des culottes en coton avec des élastiques si épais qu'elles étaient visibles à travers ton jeans.

Au moins les hommes avaient le choix des slips ou caleçons.

Quand j'ai déménagé en ville, le monde s'est ouvert pour moi. Il y avait des boutiques pour tout: le thé, les bougies, du chocolat, la lingerie. Ces jolis petits magasins m'ont fait peur. Ils étaient tellement chics et chers.

Je ne m'attendais pas à ce que les loyers soient aussi élevés en ville. Je n'avais pas d'argent pour quoi que ce soit de luxe.

Ma colocataire Trissa vivait une vie très différente. En juger par les appels d’agences de recouvrement, elle accumulait une dette plutôt grave par cartes de crédit.

Trissa était une employée d’entrée de gamme, tout comme moi, mais elle dépensait de l'argent comme la reine de Saba.

Elle dépensait son argent pour les chocolats, les bougies … et surtout la lingerie séduisante.

Et comment ai-je pu savoir quel genre de sous-vêtements Trissa achetait ?

Est-ce que je me faufilais dans sa chambre quand elle sortait ?

Non ! Bien sûr que non.

Eh ben, pas d'habitude.

Mais un dimanche après-midi, quand Trissa était sortie de l'appartement et il n'y avait rien à la télé, je me suis retrouvée dans sa chambre.

Là où j'ai grandi, toutes les filles se ressemblaient. Nous étions de petites tailles, mais dodues comme des poupées. Tout le monde avait l'air à peu près pareil.

Trissa n'était pas potelée. Elle était grande comme un arbre. Ses cheveux étaient bouclés, pas lisses. Elle était une rouquine passionnée. C'est peut-être pourquoi j'étais si fascinée par elle.

Et fascinée par sa culotte.


Purchase this book or download sample versions for your ebook reader.
(Pages 1-3 show above.)